dimanche 19 avril 2009

L'agrégation

Je ne pense pas avoir déjà parlé des concours d'entrée dans ce beau métier d'enseignant. Ils sont au nombre de trois : le CAPLP, le CAPES et l'agrégation (pour les principaux car il en existe bien d'autres).

Le CAPLP permet de travailler dans les lycées professionnels, le CAPES et l'agrégation permettent tous les deux d'enseigner en collège et lycée généraux, mais le second est bien plus difficile à avoir que le premier.
L'année dernière j'étais en formation pour préparer l'agrégation et j'ai passé en parallèle le CAPES. J'ai eu, cette année-là, les écrits des deux concours, mais je n'ai eu que les oraux du CAPES. J'ai donc commencé à travailler tout en prévoyant de repasser l'agrégation cette année.

Or voilà que la date redoutée est arrivée. En effet à partir de demain commencent les épreuves écrites. Demain 5h de composition de physique, mardi 5h de composition de chimie et enfin mercredi 6h de problème de physique. Après cela je serai réellement en vacances.

Je n'ai pas vraiment eu le temps de réviser cette année, et j'ai dû finalement concentrer tout mon travail sur cette dernière semaine. Je verrai bien si cela suffira ou pas. Ayez une petite pensée pour moi ces trois prochains jours si vous n'avez rien d'autre à penser.

Merci !

Absentéisme

Hier était le dernier jour de cours avant les vacances. Il se trouve que le lycée a organisé vendredi soir une soirée, dont je n'ai pas trop suivi les objectifs, mais qui a fini assez tard.

Je me suis donc retrouvé samedi matin avec 14 absents dans ma classe. Départ en vacances anticipé, fatigue de la soirée, ou simple fuite de mon cours, l'absentéisme n'en reste pas moins impressionnant.

Je me demande ce que je vais pouvoir faire dans ce cas là. Les punitions collectives sont bien entendu interdites, cependant il faudra que j'en informe les CPE de façon à ce que j'aie un retour de la validité des absences de ce jour là.


jeudi 16 avril 2009

Education à la vie sexuelle et affective

Aujourd'hui j'ai eu une formation sur la sexualité en milieu scolaire. Pour cela nous avions une éducatrice spécialisée venue nous présenter son travail. Il y avait des éléments de réflexion très intéressants, j'ai cependant été très déçu que la formation reste un conglomérat d'exemple sans aller réellement vers une analyse plus profonde.

Loin de vouloir résumer la séance, j'ai noté des phrases dites par la formatrice, qui prises hors contexte deviennent très drôles. Je vous laisse juger :

"Une fille ce n'est pas un garage."
"Un garçon ce n'est pas 30 cm."
"L'inceste est pratiqué de la même façon dans toutes les catégories sociales."
"Avant c'était pas de voile à l'école, maintenant c'est plus de vierge à l'école."
"Madame je vais passer en seconde et je suis toujours vierge, c'est que je dois être trop moche."
"Ça prend du temps de faire le tour, je sais que c'est large."
"Quand il n'y a pas d'hymen ça passe tout seul, comme à un télépayage."
"Je montre ce que je fais dans les élèves."
"Madame vous êtes une prof ou une pute ?"
"Le préservatif a craqué mais comme c'est insonorisé il n'a rien entendu."
"J'ai été honteuse d'être une femme."

mercredi 15 avril 2009

Notation administrative

Je n'ai, je crois, jamais parlé des notations. Les enseignants sont donc soumis à deux types de notation au cours de leur carrière qui déterminent leurs avancements.

La première est la notation pédagogique. C'est la note concernant le travail que l'on effectue en classe. Elle est donnée par un inspecteur pédagogique lors des inspections. Avant d'être inspecté, elle est déterminée par notre classement au concours.

La seconde note est une note administrative. Elle est proposée chaque année par le proviseur de l'établissement, puis le rectorat la valide ou la modifie.

Je parle de ces notes puisque je viens de recevoir la Notice annuelle de notation administrative. Après des données d'ordre administratif concernant Y-Prof, est écrit un certain nombre de choses.

ponctualité/assiduité : Très bien
activité/efficacité : Bien
autorité/rayonnement : Bien

Appréciation générale : Professeur stagiaire attentif au suivi de ses élèves et à sa participation au sein de l'équipe. Je l'invite à, progressivement, engager des actions de valorisation et d'aide aux élèves.


B-Prov propose alors une note, puis s'ensuivent les différentes signatures et tampons.

Maintenant attendons le retour du rectorat.

Le bulletin de visite

Suite à ma visite de validation j'ai reçu le bulletin de visite. C'est un document officiel envoyé par mon visiteur, A-IUFM, donnant son avis sur mes qualités d'enseignant.

En premier lieu on trouve une analyse de la séance, c'est-à-dire un descriptif de ce qui s'y est passé. Quelques éléments amusants sont à noter :
les documents du TP distribuées.
Les réponses sont peu assurés.
les calculs sont laissé
sans qu'il leur soit faire de remarque
des situations d'apprentissages
au cour de l'entretien
Et on se permet de nous faire des commentaires sur notre orthographe...

Après cette description de la séance entrecoupée de commentaires, un tableau récapitule les différentes compétences de l'enseignant et celles que je maîtrise. Le tableau se découpe en 21 items pour lesquels A-IUFM doit dire si c'est "très satisfaisant", "satisfaisant", "suffisant", "insuffisant" ou "compétences non observées". (Pourquoi seule la dernière est accordée au pluriel ?)
Pour ma part j'ai 13 items très satisfaisants, 5 items satisfaisants et 3 compétences non observées.

Après ce tableau un encadré intitulé "Appréciations prenant en compte les 3 champs de compétences et explicitant pour celles observées les compétences établies, les compétences à améliorer et les conseils donnés" (limpide non ?) décrit mon travail.
Voici quelques extraits :
[Y-Prof] a une réelle présence devant les élèves.
Sa voix est claire.
Il règne dans la classe une ambiance de travail, la gestion de classe est maîtrisée.
Il faut réduire le "guidage pédagogique".

En bilan de cette partie A-IUFM dit : Au cour de l'entretien, [Y-Prof] a montré sa capacité à analyser ses pratiques et à envisager des améliorations. Il semble intégré dans l'équipe éducative et fait preuve d'initiatives interdisciplinaires
(effectivement il manque un point, mais elle ne l'a pas mis).

Enfin ma visiteuse finit en remplissant l'encadré "Appréciation globale sur le professeur stagiaire". Voici donc ce qu'il ressort de mon travail :
[Y-Prof] sait mener une séance d'enseignement, il faut cependant qu'il rende les élèves plus actifs en travaillant notamment la question du sens.
Puis elle m'a donné l'avis Satisfaisant.

Un dernier encadré m'est réservé pour donner mes éventuelles remarques. Naturellement je n'en ai aucune à formuler, et je me suis contenté de signer le document.

Le voilà reparti pour l'IUFM. Un nouveau pas franchi.

jeudi 9 avril 2009

Présence et autorité

Aujourd'hui j'ai eu une formation intitulée "Présence et autorité".

Pour le côté autorité je ne vais pas me prononcer, mais concernant le côté présence je pense avoir beaucoup appris. Formateur absent, la présence est donc facultative aux formations. Conclusion correcte non ?

mardi 7 avril 2009

m&m's

Je suis en train de travailler la pression avec mes élèves. Naturellement il est important de montrer à nos élèves des illustrations de la pression.
Et bien voilà le travail que j'ai réalisé ce matin, il sera présenté à mes élèves samedi, gageons que ce sera un moment amusant.

Que se passe-t-il si on met un paquet de m&m's sous une enceinte dans laquelle on fait le vide ?
Réponse dans la vidéo.

video

jeudi 2 avril 2009

La visite de validation

Je m'en viens donc raconter ma visite de validation qui a couronné ma journée du combattant. Cette visite s'est déroulée lundi dernier de 14h30 à 16h00. Puis une concertation prévue originellement de 16h à 17h, s'est prolongée jusque 18h.

La séance visitée était un TP sur la dissolution et la dilution. Le premier groupe s'était assez bien passé, et les quelques remarques de S-Prof données rapidement n'ont que peu changé ma façon de procéder pour cette séance.

Après une courte introduction et un petit rappel de la séance précédente, j'insère le TP dans le cours. Je décris l'objectif du problème puis je guide les élèves dans les calculs. Après avoir trouvé les masses de sucre à peser, les élèves peuvent manipuler. L'objectif principal de ce TP est de manipuler de la verrerie de précision, savoir comment elle s'utilise et à quoi elle sert.

Les élèves sont sérieux, les deux expériences se passent bien, et la sonnerie vient mettre un point final à ce cours. Après avoir effacé le tableau, fermé la porte et pris de quoi écrire, je m'installe au fond de la salle avec ma visiteuse.

Dans un premier temps la visiteuse commence à rappeler son statut de "professionnelle de l'éducation", et elle m'informe donc qu'elle a des tonnes de critiques à me faire. Elle commence à m'informer que je n'ai pas été assez sévère sur les règles de sécurité. Effectivement, il y a des choses que j'oublie toujours en cours de route. Des élèves n'ont pas les cheveux attachés, certains manipulent debout, certains remuent les solutions trop vivement.

Là elle s'arrête voyant mon air un peu inquiet, et me dit "ah, mais j'oublie de vous dire, je ne vais pas vous refuser la validation. Je veux juste discuter avec vous". Donc me voilà rassuré, on peut continuer les critiques.

Je suis trop sévère en évaluation, je ne m'appuie pas assez sur les acquis du collège, je suis trop directif, je ne dois jamais tourner le dos aux élèves, je dois demander aux élèves de me regarder dans les yeux, je dois insister sur le sens de la physique, je dois plus m'appuyer sur des exemples du quotidien, je dois faire répéter les corrections aux élèves lorsqu'ils se sont trompés, je dois écrire les définitions simples au tableau et supprimer les définitions compliquées, je dois arrêter de ponctuer mes phrases de "d'accord ?", je dois arrêter de parler "tout seul" et ne pas "téléguider" les raisonnements des élèves.

Suite à tout cela je commence à me défendre avec calme. Un des reproches spécifiques qu'elle m'a faits est que mon cours est trop rigoureux, et donc "chiant" pour les élèves. Étant un cours sur la verrerie de précision, je ne vois pas comment il est possible de ne pas être rigoureux. Et là elle m'informe qu'elle n'enseigne plus depuis 5 ans et que donc elle ne connait plus les programmes. Une visiteuse vient juger mon travail et elle ne regarde même pas le programme ? Je suis sceptique...

Mon tuteur ne devait pas pouvoir être là, mais il a fait un effort et il m'a grandement aidé. Arrivé autour de 16h55, il a commencé à écouter les commentaires rapides de la visiteuse. Et là elle lui dit "franchement si je n'avais vu que cette séance j'aurai refusé de le valider, c'est beaucoup trop classique. Heureusement que j'ai vu tout ce qu'il a fait à côté, maintenant je ne vois pas de raison de lui donner 18h de classe l'année prochaine". Mon tuteur intervient alors en expliquant que l'on nous demande d'être classique, et que l'on est "piégé" entre l'IUFM, les tuteurs et les différents visiteurs.

Au cours de l'heure suivante, il y aura eu plusieurs moments houleux, où on voyait vraiment qu'il y avait des divergences profondes de vision. Je trouve qu'il était flagrant que la visiteuse n'avait plus de classe.

A la fin de la discussion, à propos du devoir commun, mon tuteur me défend en disant que je ne suis pas un stagiaire mais bel et bien un professeur au même titre que les autres, et que ma voix a autant d'importance. Et là, la visiteuse s'énerve et dit qu'il ne faut pas tout mélanger et que je ne suis pas professeur, mais juste un stagiaire et qu'il ne faut pas l'oublier. Forme de dénigrement iufmien ?

Je termine avec les commentaires d'un ami. Professeur est un grade et stagiaire un statut, cela n'a donc rien à voir.

Il ne reste plus qu'à attendre le bulletin de visite que je devrai signer. Je vous tiens au courant.

LIBRE, JE SUIS LIBRE ! (enfin presque)